La Maison Capétienne de Bourbon est la dynastie capétienne issue de Robert de France, Comte de Clermont et par mariage Seigneur de Bourbon, dernier fils de Saint Louis. Elle régna sur plusieurs pays d’Europe (Navarre, France, Espagne, Deux-Siciles, Luxembourg, Andorre, Parme…), se scindant en cinq branches : les Bourbon d’Espagne, les Bourbon Orléans, les Bourbon des Deux Siciles, les Bourbon Parme et les Bourbon Busset.


1700: la succession de Charles II d'Espagne permet à Philippe d'Anjou (1683-1746), petit-fils de Louis XIV, de monter sur le trône de Madrid. Charles II, sans descendant direct, laisse un héritage difficile. Tous deux étant fils et époux d'infantes espagnoles, Louis XIV comme l'empereur Léopold Ier de Habsbourg peuvent y prétendre. Par les traités de l'automne de 1698 et de mars 1700, le roi de France consent à ce que le royaume d'Espagne revienne au prince électeur de Bavière ou à l'archiduc Charles de Habsbourg, à condition que le Dauphin reçoive Naples, la Sicile, le Milanais et le Guipuzcoa, monnaies d'échange pour agrandir la France de la Lorraine, de la Savoie et de Nice.

La cour d'Espagne fait échouer ce projet. Les Espagnols refusent de morceler leur empire, et le testament de Charles II appelle à la couronne Philippe, duc d'Anjou, second fils du Grand Dauphin, frère cadet du duc de Bourgogne. Le roi meurt le 1er novembre 1700, et l'acceptation du testament par Louis XIV provoque la grande alliance de 1701 contre la France et l'Espagne. Après une guerre difficile, les traités d'Utrecht (avril 1713) et de Rastatt (mars 1714) amputent l'État espagnol de ses possessions italiennes et des Pays-Bas attribuées à l'empereur Charles VI et à Victor-Amédée de Savoie. Mais l'Espagne conserve son roi Bourbon.

À Madrid, le destin des Bourbons est très inégal. Au règne éclairé de Charles III (1759-1788), succéde celui de Charles IV qui doit abdiquer en 1808 en faveur de Joseph Bonaparte. Après la guerre d'indépendance, la couronne revient à son fils Ferdinand VII (1814-1833) qui restaure l'absolutisme, mais ne peut empêcher l'effondrement de l'empire colonial espagnol. Isabelle II, sa fille, régne de 1833 à 1868. L'Espagne est alors troublée par les révoltes carlistes de 1833 à 1840 avec de nouvelles flambées en 1847 et en 1870-1875 : le frère cadet de Ferdinand VII, don Carlos, essaye de prendre la couronne à sa nièce, en excipant de la loi salique. Le carlisme, cousin du légitimisme français, recrute ses partisans dans le nord-est de l'Espagne, Navarre et Pays basque.

Une révolution chasse Isabelle II en 1868 et le trône est offert à Amédée de Savoie. Mais une situation anarchique, suivie d'une dictature militaire, permet la restauration des Bourbons en la personne d'Alphonse XII (1875). Son successeur, Alphonse XIII (1886-1931), s'incline devant la proclamation de la République (14 avril 1931) et les Bourbons perdent leur trône jusqu'en 1975, date de l'accession du petit-fils d'Alphonse XIII, Juan Carlos Ier, actuel Roi d'Espagne.

Pour accéder au site de la Maison Royale espagnole, cliquez ici.

Copyright 2011 © Duc d'Anjou Accueil | Partenaires | Mentions légales | Plan de site | Contact
Voir toutes les actus
Juillet
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
jour mois