Le tourisme représente une industrie importante pour l’Anjou avec l'accueil de 400 000 visiteurs par an, dont 26 % de touristes étrangers, essentiellement européens.

L'Anjou reste une valeur sûre dans le tourisme culturel français avec ses plus de 160 sites à visiter et, depuis 2001, le classement par l'Unesco du Val de Loire. Le poids économique du secteur du tourisme représente 1,5 milliards d’Euros de chiffres d'affaires direct et indirect, 30 000 emplois direct et indirects, 2,15 millions d'entrées dans plus de 160 lieux de visite, 1,7 million de nuitées.
 
Les grandes figures de l’Anjou : Le Cadre Noir de Saumur, Cointreau, le Val de Loire avec ses châteaux, ses parcs et ses fleurs, inscrit au patrimoine mondial par l'Unesco, l'abbaye royale de Fontevraud et les gisants des Plantagenêt, la Tapisserie de l'Apocalypse, la légendaire douceur angevine… autant d'images qui symbolisent l'Anjou bien au-delà de ses frontières.
 
L’Anjou vous accueille avec des fleurs : la légendaire "douceur angevine" se découvre parfaitement dans l'expression végétale : richesse et diversité des paysages, des jardins, dans les parcs botaniques comme ceux des châteaux... Premier département horticole français, l'Anjou s'affirme en Europe par la variété de ses productions et l'importance de ses unités de recherche et de formation. L'équilibre est de mise entre tradition et innovation.
 
La Loire au sommet de sa beauté : la Loire en Anjou, un arc de 130 km qui décoche ses flèches de lumière depuis Montsoreau aux portes de la Touraine, jusqu'à La Varenne, porte vers l'Atlantique.
 
Sous le sceau de la vigne : la vallée de la Loire en Anjou n'aurait pas cette élégance sans les couleurs des vignes pour parer sa chevelure. Le vignoble d'Anjou-Saumur longe le fleuve d'est en ouest et s'étire sur sa rive sud autour de 2 rivières : le Layon et l'Aubance. Avec 20 000 hectares, c'est le plus étendu du Val de Loire.
 
Au pays des pierres qui parlent : forteresses fascinantes, manoirs raffinés, constructions extravagantes… l'ancienne province compte mille deux cents châteaux et grandes demeures. Un décor permanent de tours, clochetons et remparts qui donne un attrait immédiat au moindre village traversé.
 
Sous la voûte angevine : l'attachement de l'Anjou aux valeurs religieuses remonte très loin dans le temps. Visiter quelques sites et monuments sur ce thème, c'est choisir de croiser les chemins de la foi et de l'art français.
 
Ouvrez les portes de la mémoire : l'Anjou a la mémoire longue. La diversité de ses musées le prouve. Et la matière dont ils sont faits aussi, puisée au cœur même de l'Histoire, de la géographie, des arts, des sciences et des hommes.
 
Les plus anciennes traces du passé : préhistorique, grecque, égyptienne, romaine, médiévale ou orientale, l'archéologie se présente sous toutes ses formes en Anjou.
 
Tours, pivots, caviers : à leur apogée, au milieu du XIXème siècle, plus de 1 200 moulins à vent et 700 moulins à eau tournaient en Anjou. Pendant les guerres de Vendée, les insurgés s'en servaient pour communiquer secrètement : l'orientation des ailes variait pour informer les combattants des positions de l'ennemi.
 
Voyage au centre de la terre : en Anjou, la découverte ne se limite pas aux sites et monuments visibles de part et d'autre de la Loire. Le tuffeau ayant servi à bâtir la plupart des édifices majeurs a été puisé ici, et les sols tendres qui ont donné cette pierre blonde ont gardé sous terre d'interminables galeries constituant un monde à part... bienvenue au pays des troglos où la vie est toujours différente.
 
Matières à découverte : la pierre a donné son relief et ses couleurs à l'Anjou. Tuffeau blanc, ardoise bleue, argile rouge. Autant de matières qui ont inspiré les architectes, les couvreurs et les tailleurs de pierre et façonné le caractère des villes et des villages de l'Anjou.
 
Ces jardins où pousse aussi l’enthousiasme : avec 1 700 espèces de végétaux, toutes les floraisons sont dans la nature. Vallées de la Loire et de l'Authion aux riches terres alluviales pour des cultures multiples et colorées, Baugeois aux anciennes forêts royales, Segréen et Choletais aux haies bocagères, Saumurois aux parfums du sud : sud Loire piqué d'essences méditerranéennes, d'amandiers, de gentianes, d'anémones et d'orchidées sauvages.
 
L’Anjou en selle : si le cheval est la plus belle conquête de l'homme, l'Anjou est une de ses terres de prédilection. Pays d'élevage, de dressage et de courses, gardien de la tradition équestre française, l'Anjou maintient bien vivants les arts et les métiers d'une riche filière équine.

Douceur angevine : la légendaire "douceur angevine" n'est pas un slogan usurpé. Bénéficiant d'une position géographique privilégiée et grâce à l'influence de l'Atlantique, un climat chaud (mais jamais trop) et raisonnablement humide prévaut sur l'ensemble du territoire, qui positionne le Maine-et-Loire dans les 20 premiers départements de France - et le 1er de toute la moitié nord du pays - sur le plan de la météo (moyenne entre ensoleillement, température et pluviométrie).

 

© tous droits réservés / fichier source www.cg49.fr

Copyright 2011 © Duc d'Anjou Accueil | Partenaires | Mentions légales | Plan de site | Contact
Voir toutes les actus
Mai
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
jour mois